A propos des conseillers départementaux

Publié le par Patrick Fodella

D'aucun-e m'ont fait remarquer que mon billet d'analyse du second tour des élections départementales manquait d'objectivité. Il semble que je sous-estimais les résultats du Front de Gauche...

Voyons de plus près.

Lors de ces élections départementales, il y a eu 4108 conseiller-e-s élu-e-s.

Parmi tous ces élus, 62 portent l'étiquette "Front National".

De son côté; le Front de gauche revendique 176 élu-e-s. 39 sont attribuées à EELV. Je dis "attribué" "revendique" car la classification adoptée par le ministère de l'intérieur est pour le moins bizarre. Il faut dire que les candidatures en binômes ne facilitent pas les choses, tant les combinaisons ont été diverses et variées à gauche !

Le PCF se satisfait d'être la 3ème force politique en terme de nombre d'élu-e-s !

C'est vrai, mais n'est ce pas une illusion et (une fois encore) un tripatouillage des chiffres ?

Certes les chiffres sont là: FN 62 FdG: 176. Mais le FN présent dans de très nombreux cantons, réalise une moyenne nationale de 35% des voix ! Combien pour le FdG ?

Par ailleurs, le FdG perd environ 24% de ses élus. Le FN n'avait presque pas d'élu-e-s. Il en a une soixantaine de plus.

Il n'y a pas de discussion possible. En terme de tendance (ce qui me semble le plus significatif) le FN est sur une pente montante, le PCF, au sein du FdG, sur dans descente vertigineuse.

Je ne me réjouis pas de ces résultats. Mais les chiffres sont les chiffres. IL faut partir de ce constat si on veut lutter contre la FNisation de la politique française.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article