Interdire les bombes, interdire les armes...

Publié le par Patrick Fodella

En ce soixante dixième anniversaire de la première utilisation militaire de la bombe atomique, les émissions et reportages se multiplient pour raconter l'Histoire ! Comment cela a-t-il été possible, comment avons-nous osé.

Nous savons maintenant parfaitement, que le Japon avait déjà perdu la guerre en ce début août 1945. Il n'avait plus de marine, le pays était isolé par un blocus américain...

Mais voilà, ce ne sont pas les politiques qui décident. Et en l'occurrence, peut-être pas les militaires non plus, en tout cas, pas tout seuls.

Si les militaires voulaient absolument prouver au monde à quel point l'Amérique était puissante, les scientifiques qui ont mené à bien (!) ces travaux voulaient aussi pouvoir tester in vivo leur création. Et au premier chef, Oppenheimer ! Julius Robert Oppenheimer... Le responsable du projet Manhattan, projet visant à doter les Etats Unis d'Amérique d'une arme redoutable...

Ce "savant" n'a rien voulu entendre lorsque certains de ses collègues lui disaient qu'il ne fallait pas utiliser cette arme, qu'il était encore temps de tout arrêter avant de commettre l'irréparable. Il n'a rien voulu entendre non plus lorsque d'autres personnes (politiques) lui disait que cette bombe n'était pas utile pour gagner la guerre. Il a tout fait pour que la bombe explose. Et la bombe a explosé, le 6 août 1945, à 8h15 heure d'Hiroshima ! Pour s'assurer que la réussite n'était pas un coup de chance, ils ont remis ça le 9, à Nagasaki ! (avec du plutonium cette fois, pour varier les plaisirs).

Le projet Manhattan, dirigé par Oppenheimer, est le prototype de ce que peut donner la science lorsqu'elle n'est pas contrôlé par LE politique. C'est à dire, par les citoyens, dûment informés, avec les moyens de débattre.

Mais bien sûr, pouvoir débattre à un tel niveau de connaissance n'est pas à la portée de tout le monde. Les techniciens, les scientifiques ont toujours eu la possibilité de profiter de leurs connaissances supérieures dans ces domaines pour convaincre les politiques et les citoyens. La même chose s'est reproduite avec le nucléaire civil, soit disant moins polluant, moins coûteux, moins dangereux ! Les populations proches de Tchernobyl, celles proches de Fukushima, et combien d'autres que nous ne connaissons pas encore, en savent quelques choses...

Alors que faire ? Car bien sûr, pouvoir avoir un tel niveau de débat nécessite une organisation politique repensée, qui prendra de nombreuses années. Mais attendant, il faut revenir à un niveau de raison. Les armes circulent librement sur terre, tout le monde peut s'en procurer. Des pays au fort potentiel démographiques maîtrisent la technologie nucléaire, comme la Chine, L'Inde, le Pakistan. Lorsque les conflits auront éclatés entre ces pays, dans quelques temps, ce ne sera pas 2 bombes atomiques qui vont exploser. Ce sera 2 par jour ! Ce ne sera pas 200 000 morts, mais au moins 200 millions de morts. De leur côté des organisations peuvent aussi acheter des armes à volonté. Si l'Etat Islamique et Al Quaida peuvent se livrer à leurs combats meurtriers, c'est bien que quelqu'un leur vend des armes !

Face à cette prolifération insoutenable, il n'y a qu'une solution:

Interdiction de la fabrication de toute arme, de quelque niveau, et bien sûr, interdiction de toute commercialisation !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article