Les suites de la COP 21: où en sommes-nous ?

Publié le par Patrick Fodella

Les suites de la COP 21: où en sommes-nous ?

Le 12 décembre 2015, à Paris, les représentants de 195 pays (plus l'UE) ont validé le texte dit "accord de paris".

Je ne reviens pas sur le contenu de l'accord, il n'est toujours pas satisfaisant...

Mais à la suite de la validation de cet accord (on se souviens que l'acceptation s'est fait au consensus, sans vote formel, et en n'écoutant pas un représentant obscur qui voulait s'exprimer), l'étape suivant consiste en la signature de cet accord. C'est la confirmation officielle de l'acceptation par le chef d'état du pays signataire de cet accord.

La cérémonie se déroulait à New York, au siège de l'ONU vendredi 22 avril dernier.

Lors de cette manifestation, 175 pays (plus l'UE) ont signé l'accord. Vingt pays se sont donc abstenus, parmi lesquels, le Chili, le Kazakstan, l'Arabie Saoudite,l'Irak, la Syrie...

L'étape suivante a déjà commencée. Il s'agit de la ratification de l'accord. Comme tous les traités internationaux, lorsque les gouvernements ont signé, les parlements (quand il y en a) doivent ratifier l'accord. Aujourd'hui 15 pays ont ratifié: Fidji, Belize, Maldives, Barbade, Samoa, Grenade, îles Marshall, Maurice, Nauru, Palaos, Somalie, Sainte-Lucie, Saint-Christophe-et-Niévès, Tuvalu et l’Etat de Palestine. Si les 175 signataires représentent 98% des émissions de GES, les pays ayant ratifié représentent 0,4% des émetteurs de GES !!! Rappelons que pour que l'accord de Paris soit appliqué, il faut que 55 pays représentant au moins 55% des émissions de Gaz à Effet de Serre l'aient ratifié... Il y a encore du boulot...

 

Une fois que le nombre nécessaire de pays aura ratifié l'accord, il faudra que chacun présente sa feuille de route pour expliquer comment il entend diminuer sa consommation d'énergie. Et là, la partie la plus difficile va commencer. Si nous prenons comme exemple la France, que nous connaissons un peu mieux que les autres pays, les premières mesures de 2016 sont plus qu'inquiétantes: aéroport Notre Dame des Landes en est la mesure la plus emblématique de cette politique.

 

La vigilance citoyenne est donc plus que jamais à l'ordre du jour.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article