Messieurs-dames les anglais, tirez-vous les premiers !

Publié le par Patrick Fodella

Messieurs-dames les anglais, tirez-vous les premiers !

Alors nous y voilà ! Ce référendum annoncé à grands cris il y a deux ans par Cameron, va avoir lieu ce jeudi, le 23 juin.

Si le premier ministre anglais a voulu faire un coup politique lors des dernières législatives britanniques, on peut dire que c'est manqué. Le risque qu'il perde son pari est réel... Les sondages et les milieux financiers et économiques étaient unanimes il y a une semaine pour annoncer une probable victoire du "yes" au Brexit. Depuis, il y a eu le meurtre de Jo Cox, et la tendance s'est retournée. Peut-être apprendrons-nous dans quelques longues années le fin mot de cet assassinat. Mais un meurtre qui tombe aussi opportunément dans une campagne électorale, je trouve toujours ça bizarre. La tranquillité des milieux financiers mondiaux n'a que faire de la vie d'une députée britannique, travailliste de surcroît ! J'ai un doute, et comme nous le disent tous les bons romans policiers, à commencer par les plus britishs qui soient (Agatha Christie et Conan Doyle), quand il y a meurtre, pour trouver le coupable, il faut d'abord commencer par se demander: à qui profite le crime ?

Quoiqu'il en soit, le résultat du référendum reste incertain. Et je demande à mes amis britanniques (je n'en ai pas beaucoup), de voter pour le "YES".

Je souhaite la sortie de la GB de l'UE, non pas parce que je n'aime pas les Anglais, par xénophobie ou opportunisme. Non, je souhaite la sortie de l'UE parce que ça va être un choc très violent pour l'Union. Encore une fois, un peuple interrogé se prononcerait contre l'Union Européenne. Imaginez l'ambiance vendredi 24 juin au matin, si les anglais décident de sortir, deux jours avant les élections espagnoles, et presque un an après la crise grecque ! L'Europe s'en relèvera difficilement.

Je souhaite cette décision britannique, parce que je ne pense plus qu'il soit possible de changer l'Europe. Il y a trop de pays, trop d'habitants pour qu'une réelle consultation démocratique puisse être organisée. Et comment peut-on encore croire qu'il serait possible d'organiser une fonctionnement à l'écoute des populations alors qu'il y a plus de 500 millions d'habitants !!! C'est juste inimaginable.

Changer l'Europe, c'est d'abord permettre aux européens de prendre les décisions sur les questions qui les concernent. C'est donc remettre la vie publique à l'échelle des individus. Ensuite, ce sera à eux de trouver les solidarités, les relations, les collaborations qui leurs semblent indispensables.

Et pour ça, il faut avoir le courage de tout casser ce qui a été fait depuis 60 ans. Et vite.

Et ça commence avec les britanniques, ce jeudi 23 juin 2016.

Alors chers britanniques, la balle est dans votre camp. Nous comptons sur vous.

JUST SAY "YES" to the Brexit...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article