Vers la fin des états...

Publié le par Patrick Fodella

Les états sont une invention récentes dans l'histoire de l'humanité (3 siècles, tout au plus). Ils ont été une nécessité pendant ces 300 ans pour mieux organiser les échanges commerciaux, à l'intérieur de ces états, mais aussi à l'extérieur de ces états.

Ce sont aussi (et encore) de formidables instruments de pouvoir. Pouvoir de plus en plus illusoire aujourd'hui que les états sont supplantés (c'est particulièrement le cas en Europe) par des regroupement à l'espace de continents.

Aujourd'hui, les états sont de plus en plus supplantés par les entreprises multinationales. Ce sont-elles qui dictent aux états, les mesures à mettre en place.

Ce qui vient de se passer au Danemark est éloquent à cet égard: Ce pays ouvre une ambassade auprès des GAFA !!! Lisez l'article du monde (supplément économie du 24 février 2017) que je colle ci-dessous. Edifiant... Et ce n'est qu'en début.

 

Les GAFA, puissances du troisième type


Le ministre danois des affaires étrangères, Anders Samuelsen, a annoncé, le 26 janvier, la
création d'un poste d'" ambassadeur numérique " dans la -Silicon Valley. Bien que le
périmètre de cette diplomatie reste à préciser, elle représentera les intérêts du petit pays
scandinave auprès des géants du Web que sont Google, Amazon, Facebook ou Apple (les fameux GAFA).
Depuis des décennies, l'accumulation de capital donne aux grandes entreprises un pouvoir
croissant qui est au cœur des débats et des combats de nos sociétés démocratiques. Il était devenu tel aux Etats-Unis dès la fin du XIXe siècle que le Sherman Antitrust Act de 1890 dut préciser les premières règles contre les monopoles. Durant la crise des années 1930, la grande -entreprise était décriée comme un monstre, un " Frankenstein Incor-porated ", selon le titre du livre du même nom du juriste américain Isaac Maurice Wormser (1887-1955) publié en 1931. Plus tard, les multinationales ont été considérées comme les bras armés des politiques impérialistes -occidentales dans les pays du Sud. Les entreprises de la Silicon Valley écrivent un nouveau chapitre de cette histoire du pouvoir capitaliste, de sa critique et de ses mutations.
Jusqu'à présent, la puissance publique a cherché à endiguer les prétentions des très grandes
entreprises. Les démocraties modernes ont élaboré un équilibre incertain entre la puissance des Etats et celle du capital accumulé. L'arme de la dépense publique et la maîtrise de l'éducation, qui contrebalance l'influence des entreprises sur les comportements engendrés par la consommation de masse, ont permis de compenser l'accroissement tendanciel des capacités d'action des multinationales.
L'ambassade danoise crée un rapport d'un nouveau type. Car les GAFA se financent sur les
marchés internationaux dont ils aspirent des ressources considérables. Elles leur permettent de développer les technologies qui impactent la manière de vivre de toute la planète. Ces entreprises n'exportent pas un produit à partir d'une nation, mais façonnent partout leur propre modèle social parce qu'elles contrôlent l'économie de l'in-formation numérique : en accumulant les données privées et en offrant des services, des connexions et des technologies qui structurent la consommation, elles interviennent directement sur le comportement des citoyens et sur leur éducation – à la place des Etats.


Le mystère de leur gouvernance
M. Samuelsen affirme qu'il s'agit de " nouveaux Etats ", ce qui est inexact. Les entreprises de la Silicon Valley sont plutôt des objets politiques non identifiés, des " OPNI ". Elles emploient peu de salariés (de l'ordre de 300 000 au total), mais elles impactent plusieurs milliards de
consommateurs ; elles paient peu d'impôts grâce à l'optimisation fiscale mais -elles assurent une large part de l'investissement mondial dans les innovations numériques, ce qui renforce leur influence. Elles construisent la matrice du futur en élaborant des programmes transnationaux d'intelligence artificielle, de big data ou de transhumanisme.
Les OPNI se présentent tantôt comme de simples entreprises au service de notre bien-être, tantôt comme des avatars de puissances politiques autonomes : " Notre prochain objectif, écrit le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, dans une lettre publiée sur ce réseau le 16 février, sera de développer une infrastructure sociale pour notre communauté – pour soutenir, pour garder notre sécurité, pour informer, pour l'engagement civique et pour l'inclusion de tous. " Un projet de société que le Danemark reconnaît donc Sauf à accepter une régression démocratique radicale, on ne peut pas voir apparaître ces OPNI dans l'espace politique sans poser la question de leur dessein. Qui contrôle leur ambition ? Car ces entreprises ne sont pas virtuelles. Elles sont concentrées dans un Etat américain, la Californie.
Comme toutes les communautés humaines, elles s'inscrivent dans des institutions juridiques qui concèdent du pouvoir à ceux qui les dirigent, -légitimant ainsi leurs ambitions et leurs intérêts. S'il faut donc prendre au sérieux les OPNI, c'est pour élucider le mystère de leur gouvernance : ceux qui les pilotent ne sont pas des extraterrestres.


Par Pierre-Yves Gomez

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article