La CGT n'est plus le 1er syndicat ?

Publié le par Patrick Fodella

Les résultats des élections servant à déterminer la représentativité des syndicats a été publié le 31 mars dernier.

Les média ont fait leur choux gras sur le bouleversement syndical, le seïsme, que représenteraient ces résultats. C'est particulièrement le cas du quotidien "le Monde" et de son ineffable "spécialiste" des questions sociales, Michel Noblecourt.

Ce type de calcul pose un véritable problème de démocratie sociale. Comment comparer des données et des élections qui ne se font pas au même moment, ni de la même façon ? Songeons quand même qu'entre le début des élections en 2013 et le dernier scrutin (pour les TPE) en décembre 2016, il y a eu toute la lutte contre la loi El Khomri... Est-ce pour cette raison que les résultats des élections dans les TPE sont bien plus favorables à la CGT que dans les entreprises de + 11 salarié-e-s ? Pour plus d'information, je vous renvoie sur cet article du blog de Gérard Filoche http://www.filoche.net/2017/03/31/calculs-de-representativite-non-fiable-ne-croyez-pas-au-bobard-que-la-cfdt-est-passee-devant-la-cgt/

Globalement, la CGT reste le syndicat le plus représentatif en France, tous secteurs confondus (public et privé). Mais pour combien de temps ?

Quoiqu'il en soit, les résultats du privé sont là, et (après de savants calculs) la CFDT dépasse le seuil fatidique des 30% qui lui permet de signer seule un Accord National Interprofessionnel (ANI). Reste à savoir s'il y aura encore des ANI à négocier après les élections prochaines...

Mais à la CGT, nous devons tirer toutes les leçons de ces résultats. Indéniablement, c'est un cuisant échec. La CGT perd 159 000 suffrages quand la CFDT n'en perd que 10 000, FO 37 000, Solidaires 34 000, les Autres 102 000. Alors que de leurs côtés la CFTC gagne 18 500 électeurs et la CGC 63 200 !!!

La CGT paye sans doute l'orientation syndicale mise en oeuvre par Bernard Thibaud, dite du "syndicalisme rassemblée". Cette idée que le syndicalisme serait plus fort si les organisations travaillent ensemble, au risque de gommer leurs différences. Dix ans plus tard, on voit le résultat: plus que les différences, ce sont certains syndicats qui risquent d'être gommés.

Il y a urgence à changer de cap syndical à la CGT !

 

Publié dans Politique, Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article