Que faire ?

Publié le par fofo

C'est une pleine page de pub dans "Le Monde" daté du 18 novembre qui m'y a refait penser. On y voit une grande et belle (belle, forcément belle) photo d'une Ségolène avec ce commentaire: "Royal Ségolène, vous voilà désignée. Et pour le Darfour, que comptez vous faire ?", communiqué signé du "collectif urgence Darfour ".Au temps de ma jeunesse, je me demandais souvent comment des gens avaient pu prétendre ne rien savoir des campes de concentration mis en place par les nazis. Et surtout, le corollaire de cette interrogation: pourquoi personne n'a été capable de réagir ? Je pensais que le déni de connaissance permettait d'excuser l'inaction.Pourtant, avec l'âge et l'expérience, je me rend compte que l'action n'est ni évidente ni aisée.Depuis la deuxième moitié du XXème siècle, les moyens de communication ont fait des progrès comme jamais auparavant. Nous avons maintenant presque tous les moyens de savoir, et de savoir en temps réel, ou presque.Et pourtant !Qu'avons-nous fait pour le Biafra ?Qu'avons-nous fait pour éviter les massacres du Cambodge ?Qu'avons-nous fait pour les Rwandais ?Que faisons-nous pour les Palestiniens ?Que faisons-nous pour les femmes iraniennes ?Que faisons-nous pour cet enfant qui toutes les 6 secondes meurt de faim dans le monde ?Que faisons-nous pour les enfants colombiens qui ne connaissent que la violence, le vol et le meurtre pour vivre ?et que faisons-nous pour le Darfour ?La liste n'est évidemment et hélas non-exhaustive.Mais surtout, que pouvons-nous faire ?Bien sûr, et c'est indispensable, nous pouvons adhérer aux divers comités de soutien ou de lutte. Nous pouvons signer des pétitions (certains en sont d'ailleurs spécialistes). En un mot, nous pouvons essayer de faire pression sur les grands décideurs mondiaux. Parfois cela fonctionne. Il est vraisemblable que sans une campagne internationale, l'Afrique du Sud serait peut être toujours le pays de l'apartheid. Mais, si ce pays n'avait pas été perçu comme un marché important en devenir, aurait-elle connu ce même développement ?Quel poids a aujourd'hui notre action en faveur des Palestiniens par exemple ?Peut-être qu'en votant pour des politiques qui s'engageraient dans ces actions humanitaires indispensables ? Mais eux aussi, responsables politiques d'un petit pays comme la France, membre d'Union Européenne qui n'arrive pas à s'entendre sur une politique étrangère (et ce n'est pas l'augmentation régulière du nombre de ses membres qui va arranger les choses).Alors le Darfour, ses enfants qui meurent tous les jours, ses femmes violées, ses hommes assassinés ?Que faire ?

Publié dans Actualités

Commenter cet article